Sixième récit de Line : Menaces

page 91 b

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

8 commentaires

KJF a dit :

Suspense !!

19 déc. 2010

DHT a dit :

D'habitude j'ai du mal à me passionner pour les histoires de voyages dans le temps, qui reposent à mon sens sur un faux postulat. D'un autre côté, on peut raconter de bonnes histoires de SF avec des idées sans fondement scientifique avéré: c'est la force de la fiction.

Et là, c'est le débat entre les personnages qui constitue la véritable accroche du récit, le débat et l'interrogation, le doute, la dialectique. L'ambiance, les couleurs, les décors, les angles de vue variés… soulignent à la fois la suspension du temps (l'éternel présent) et l'importance du regard, en un mot: la contemplation.

26 déc. 2010

Parapluie a dit :

Je suis peut être piètre BDiste, mais le dernier commentaire, de mon domaine, me fait sourire. Les voyages dans le temps ne sont pas interdits par la théorie de la relativité générale. Beaucoup d'auteur en ont d'ailleurs fait leur fond de commerce en publiant quelques ouvrages célèbres (Hawkins…) Si cette remarque voire la lecture de ce genre d'ouvrage peuvent t'aider à apprécier la SF…

3 janv. 2011

DHT a dit :

@Parapluie > trop tard, je connais déjà et j'apprécie déjà la SF, y compris la BD de Jean-Yves, ce que laisse supposer mon message - à condition d'être lu correctement, ce même message où j'évoque “la force de la fiction”.

Quant à “ton” domaine, je connais aussi la théorie de la relativité générale - celle d'Einstein. Il est, en partie, du domaine de la pensée (et non de la seule science), domaine qui est universel… et donc ouvert au débat public.

Quant à remonter dans le temps, au sens de revenir en un lieu x à une époque y pour y retrouver le fil des événements tels qu'ils se sont produits… c'est tout simplement un non sens, puisque nous sommes partie prenante du contexte spatio-temporel donné au sein duquel nous évoluons.

J'ajoute que la théorie d'Einstein fonctionne sans cette extrapolation spéculative, qui n'est pas nécessaire au caractère probant de la théorie, c'est juste un accessoire et Einstein s'est planté sur ce coup, comme d'autres savants se sont plantés avant lui.

Enfin, est-ce le propos de mon précédent message? Non: tu ne l'as pas compris et je te l'explique. Ce que dit exactement mon message, c'est que même si on rejette la possibilité de remonter le temps, on peut apprécier une oeuvre telle que “L'impossible machine”. C'est tout, fin de la parenthèse.

6 janv. 2011

DHT a dit :

Dans cette partie de la planche 91, on a encore un bel exemple de composition, intégrant tout un groupe de personnages, sur différents plans, représentés de pied avec du décor. Un parti pris difficile en BD, belle mise en scène et belle réalisation…

6 janv. 2011

jean-yves a dit :

Merci DHT pour tes commentaires. Bientôt d'autres pages.

J'espérais les publier avant Angoulême, mais le travail à l'agence, plus une page manifestement ratée que j'ai mise à la poubelle, plus un toit qui fuit (ce n'est pas une blague !) m'en ont empêché. Reste encore une semaine. Vite ! Vite !

En ce qui concerne le voyage dans le temps, je n'ai pas de réponse personnelle à vos hypothèses. Ce qui m'a conduit à écrire et dessiner cette histoire, c'est mon scepticisme. Je me suis un jour demandé “Et si je me retrouvais, moi, devant une machine à voyager dans le temps, est-ce que j'y croirais?”

A partir de là, j'ai commencé à écrire. Mais pour que la question résiste le plus possible au scepticisme, il fallait aller jusqu'au bout d'une certaine logique. D'où ce grand monstre maladroit.

17 janv. 2011

Kbenjamin a dit :

Belle planche! Il me semble que tu sois “fâché” avec les points de ponctuation dans tes phylactères. Enfin. je te souhaite une très bonne année 2011. A bientôt, Jean-Yves.

22 janv. 2011

jean-yves a dit :

Je crois surtout que je suis fâché avec les phylactères.

Mon lettrage est très médiocre et les bulles elles-même ne savent pas si elles doivent être maladroites pour ne pas vexer le dessin, ou précises (type Illustrator) pour aller vers une lisse perfection.

C'est une de mes voies de progrès.

Je promets de faire attention à la ponctuation !

7 févr. 2011

Poster un commentaire :