septième récit de Line : canular.

page 104 b

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

9 commentaires

jean-yves a dit :

Et voilà ! C'est tout pour cette année. Et ça va prendre du temps pour que je publie l'an prochain, car je n'ai plus rien dans ma besace.

Alors patience et bonne année à tous !

31 déc. 2011

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Ah, ah, alors ce voyage dans le temps, c’est une supercherie ?

On aimerait bien pourtant que la machine existe. Mais il faut se rendre à l’évidence : le temps perdu ne se retrouve plus. Sauf en croquant dans une madeleine ou en reniflant cette « odeur légèrement sucrée, typique de l’essence au plomb » ou en dessinant une bande dessinée ?

Et si la véritable machine à remonter le temps c’était la bande dessinée elle-même ? En dessinant avec un soin maniaque telle robe à carreau ou tel tablier à motif de cerises, ces sandales aux pieds des filles, ce nid d’hirondelle sur une poutre (p 95b), cette végétation délicate au premier plan (p 97b), le dessinateur ne cherche t-il pas à ressusciter un peu du temps passé ?

Alors on assiste à une lutte entre un scénario déceptif qui met en scène l’impossibilité de la machine et le dessin qui présentifie, presqu’en contrebande, le passé chéri.

Avec à chaque page une magistrale leçon de ligne claire !

Bonne année à toi Jean Yves !

31 déc. 2011

jean-yves a dit :

L'histoire n'est pas finie ! Qui dit que la machine ne marche vraiment pas? … euh … et qui dit qu'elle marche ? Il y aura encore des surprises. Dont une surprise … orange.

Ceci dit, c'est vrai, le passé est autant dans les images et les références (y compris la ligne claire) que dans la machine.

Bonne Année !

Je profite de ce post pour redonner l'adresse de mon blog où, sans réellement faire des makings of, j'indique parfois quelques partis pris et trucs : http://impossible-machine.over-blog.fr/

31 déc. 2011

Un visiteur a dit :

merci pour toute ces très belles planches. Le dessin est admirable.

31 déc. 2011

Un visiteur (Draknor) a dit :

J'aime cette histoire, et le style graphique est excellent.

Et en plus, on voit des nichons.

16 janv. 2012

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Je suis allé voir ton site. Il y a une foule d'informations à glaner sur la construction des images et comparer les problèmes (et les solutions) respectivement rencontrés en dessin et en 3D pourrait être intéressant. J'y retournerais. Dans ta bédéthèque, j'ai noté l'éloge appuyé de “Théodore Poussin”. J'en ai entendu parler trés chaleureusement ici et là et j'ai de plus en plus envie de m'y plonger …

19 janv. 2012

woulouf a dit :

Un scénario très intelligent, et un graphisme un peu “rétro” comme l'a noté JBC: que demander de mieux?

25 janv. 2012

jean-yves a dit :

Théodore poussin a été pour moi un choc aussi fort que la ballade de la mer salée. De façon différente. Dire que le graphisme naïf du premier tome aurait pu m'inciter à ne pas le lire ! heureusement que les premiers textes sont sublimes et libèrent de toute réticence !

29 janv. 2012

Nerual a dit :

Waouuh ! J'ai tout lu, et quel travail !! Tu as pensé à plein de détails, autant dans le dessin (les vêtements, les chaussures, les décors !), que dans l'histoire : à chaque fois qu'on serait attiré vers une conclusion (ça marche ou ça marche pas), un élément amène à nouveau le doute. Tu n'as rien laissé au hasard, c'est formidable ! Vraiment, je suis scotchée, et j'attends la suite ! :D

21 mars 2012

Poster un commentaire :